Palo Alto

No Comment 80 Views

Par J. Boutillier, enseignant en thérapie brève à l’INCTB
Responsable des formations en thérapies brèves :
– Formation Thérapie brève des troubles anxieux – En savoir plus
– Formation Thérapie brève des troubles du comportement alimentaire – En savoir plus
– Formation Thérapie brève des dépendances – En savoir plus

II

THERAPIE SYSTEMIQUE ET STRATEGIQUE
 
 
Présentation
Comme l’écrit P. Watzlawick (Stratégie de la thérapie brève / Seuil), l’approche stratégique et systémique est « une école de pensée qui étudie « comment » les êtres humains se rapportent à la réalité, ou, mieux, comment chacun de nous entre en relation avec soi-même, avec les autres et avec le monde ».

L’école de Palo Alto doit son nom à la petite ville des Etats-Unis, proche de San francisco où se sont réunis des scientifiques d’origines diverses à paretir des années 50. Leurs recherches ont essentiellement consisté en l’adaptation de la démarche systémique au domaine des relations humaines.  Cette approche a généré de nouveaux points de vue et outils, autant dans le domaine de la communication que dans celui de la méthodologie du changement et du processus thérapeutique.

  1. Bateson installé à Palo Alto, anthropologue de formation, découvre la systémique et la cybernétique. Il décide alors d’adapter ces démarches scientifiques aux sciences sociales. Il est progressivement rejoint par John Weakland, ingénieur chimiste et psychothérapeute, Jay Haley étudiant en communication et William Fry, psychiatre. Plus tard se joindra à eux Don D. Jackson, psychiatre qui orientera fortement l’activité du groupe vers la psychothérapie. A noter également l’influence de M.H.Erickson sur les recherches et orientations du groupe.  

La systémique constitue un point de vue différent porté sur la réalité, une méthodologie permettant d’aborder la complexité. Elle synthétise, se porte sur les relations et différents processus interactionnels. Il s’agit de penser un ensemble complexe, d’un point de vue structurel et dynamique. Adapté à la psychologie, on ne pense plus l’être humain en tant qu’entité séparée de ce qui l’entoure. On considère l’individu en interaction.

Penser l’individu en interaction, c’est l’aborder en relation avec son environnement, à travers des rapports réciproques, des actions et rétroactions où chaque comportement vient répondre à un autre pour à son tour en générer de nouveaux dans une communication toujours en mouvement. Cette cybernétique est à observer dans un contexte donné.

Adapté à la communication, au coaching ou à la thérapie, le modèle de Palo Alto va proposer des outils systémiques et stratégiques puissants d’évolution ou de changement, dans un contexte ou tout est communication, en agissant sur les interactions, c’est-à-dire sur la structure agissante du rapport de l’être humain avec lui-même, les autres et le monde qui l’entoure.

II

Quelques éléments et présupposés

II

Réalités

 

Le sujet construit « sa réalité » et réagit en fonction de cette lecture personnelle. L’école de Palo alto, pionnière de l’approche stratégique définit deux niveaux de réalité :

Réalité de premier ordre : il s’agit de la réalité que nous percevons à travers nos sens.

Réalité de deuxième ordre : il s’agit de la signification que nous attribuons à ces perceptions.

Le processus thérapeutique va se pencher sur la réalité de deuxième ordre, c’est-à-dire le modèle du monde que la personne a mis en place. De cette représentation dépendront les comportements, émotions, sensations…

Tout comportement, adapté ou non au bien-être est alors « le produit d’une relation active entre nous-mêmes et ce que nous vivons ». Toute personne vivant des difficultés souffre de sa relation au monde. Le centre de l’attention est alors l’individu en interaction. Une intervention est alors nécessairement systémique.

II

On ne peut pas ne pas communiquer

« Tout parle dans l’univers ; il n’est rien qui n’ait son langage. » 

Jean de La Fontaine

Ce présuposé est là pour exprimer qu’il est impossible d’adopter un comportement qui n’envoie pas d’information, de manière consciente ou inconsciente. Comme l’écrit P. Watzlawick[1], « il n’y a pas de « non-comportement » ». Même le mutisme ou l’immobilisme constituent un message. Quand des individus sont en interaction, une communication se construit nécessairement entre eux.

Ce point de vue est novateur, car prenant en compte une communication permanente, prenant en compte les individus mais aussi leurs interactions : chacun organise, recadre, modifie et adapte son comportement en fonction des informations retour qui parviennent. Chaque individu existe donc par lui-même mais également en fonction des relations qui se mettent en place entre lui et les autres. Il ne s’agit plus uniquement d’une psychologie de la personne ou d’un processus de psychologie sociale posant l’unique relation comme objet, mais d’une approche qui se penche sur les individus et leurs interactions. Il y a nécessairement un message, et chaque message est à la fois un message et une réponse à un autre message, cela intentionnellement ou non. On rejoint en cela les concepts de la cybernétique. En conséquence, communiquer, c’est être conscient de que l’autre produit sur soi mais aussi de l’effet qu’on produit sur l’autre en retour : tout est signe, dans une boucle simultanée et ininterrompue.

On pourrait reprendre ainsi ce présupposé : Tout comportement en interaction a valeur de message.

sccomm

Communication et positions 

« On peut toujours apprendre ce qu’on ne sait pas, non ce qu’on croit savoir. »

 Gustave Thibon

Le modèle de l’école de Palo Alto définit la communication comme un rapport entre des comportements contrastés qui s’ajustent les uns en fonction des autres pour obtenir un équilibre (homéostasie).
  

Symétrie et complémentarité

Dans une situation de communication, différents systèmes d’interaction peuvent s’établir, décrits pour la première fois par Bateson[2] :
 
– Modèle symétrique : la relation est égalitaire (rapport en miroir), comme dans le cas d’un couple d’amoureux ou de deux spécialistes d’un domaine donné. Il y a collaboration, ou alors, versant négatif, « bras de fer ». Les différences sont minimisées au possible, l’effort est placé sur le fait de rester à égalité.

 
– Modèle complémentaire : la relation comporte une position basse et une position haute qui se complètent et s’auto-alimentent. Les deux personnes se complètent, s’installent dans des comportements en polarité. Les différences sont maximisées, l’effort est placé sur le fait de rester différent. Il peut s’agir par exemple de dyades « autoritaire-soummis », « exhibitioniste-voyeur », « protecteur-fragile » etc…
 

Il est à noter que dans les deux cas, ce n’est pas nécesairement l’un des éléments qui impose à l’autre sa position, mais bien deux positions qui se déterminent l’une par rapport à l’autre dans une boucle cybernétique. Les comportements sont identiques ou dissemblables mais dans les deux cas articulés l’un par rapport à l’autre.

II

II

Complémentarité et positions

Le type d’interaction complémentaire peut se définir par deux positions bien distinctes : position basse et position haute.

– La position haute est une situation d’autorité : elle détient le savoir et dirige l’interaction en étant active. C’est par exemple celle du médecin qu’on va voir pour être soigné.
 
– La position basse est à l’opposé la situation d’infériorité : elle ne connaît pas les solutions et subit l’interaction en étant passive. C’est par exemple la position du malade qui s’en remet à la science.

II

Des solutions qui deviennent des problèmes

Selon le modèle de palo Alto, on peut dégager un point de vue sur la difficulté psychologique qui a le mérite d’être simplissime dans son principe : des solutions qui deviennent des problèmes. Le sujet met au point des relations de cause à effet, élabore différentes stratégies pour se sortir du problème qu’il est en train de vivre. Il est capital ici de considérer et prendre conscience que les solutions mises en place constitue la majorité du problème que la personne est en train de vivre. L’exemple du trouble obsessionnel compulsif peut être ici pertinent : la personne met en place des rituels qui, d’abord mis en place pour se rassurer deviennent l’élément central du problème. 

– La première gestation est de l’ordre du jugement : la personne vit une situation relativement courante (elle a par exemple chaud alors qu’elle se trouve dans un supermarché). Elle (ou son entourage) décide à un moment qu’il s’agit d’un problème. Cette étape est importante, car par définition, c’est en décidant que quelque chose est un problème que ça en devient un (de nombreuses personnes, à un moment ou à un autre de leur vie ont eu chaud dans un supermarché sans décider qu’il s’agissait d’un problème).

– La deuxième gestation est de l’ordre de la prise de décision : à partir du moment où on a déterminé qu’on avait un problème, il est tout à fait légitime de vouloir mettre en place des solutions. Le trouble va ici se révéler lorsque les solutions mises en place complexifient le problème (par exemple se précipiter vers la sortie, ce qui donne encore plus chaud etc…). Les solutions au problème deviennent elles-mêmes un problème voire le problème lui-même (ici l’évitement, phénomène central de la phobie).

On voit ici que l’intention est bonne, mais qu’il y a un brouillage des intentions et effets obtenus : la tentative de solution fait partie du problème.

II

Attention portée sur le processus
Autre particularité de l’approche stratégique (et plus généralement des thérapie brèves d’inspiration ericksonienne) : le thérapeute s’intéresse au « comment » plutôt qu’au « pourquoi » (central par exemple en psychanalyse). On s’intéresse ici au processus menant à la problématique (le rapport à la réalité et les tentatives de solutions mises en œuvre), plutôt qu’au contenu (la réalité elle-même).  

II

Par J. Boutillier, enseignant en thérapie brève à l’INCTB
Responsable des formations en thérapies brèves :
– Formation Thérapie brève des troubles anxieux – En savoir plus
– Formation Thérapie brève des troubles du comportement alimentaire – En savoir plus
– Formation Thérapie brève des dépendances – En savoir plus

II

Documents complémentaires (PDF)

II 
Conférence de P. Watzlawick :

 

Page en cours de développement

[1] Une logique de la communication / Essais /Points-seuil

 [2] La cérémonie du Naven / 1935

II

Bibliographie

La réalité de la réalité : Confusion, désinformation, communication / P. Watzlawick / Seuil

Le langage du changement  / P. Watzlawick / Seuil

Une logique de la communication P. Watzlawick, J. Beavin et D. Jackson / Seuil

L’invention de la réalité / P. Watzlawick / Seuil

L’art du changement / P. Watzlawick, G. Nardone / L’esprit du temps

Sur l’interaction / P. Watzlawick & J. Weakland / Seuil

Changements : paradoxes et thérapie / P. Watzlawick, J. Weakland, R. Fisch / Seuil

Une logique de la communication / P. Watzlawick, J. H. Beavin, D. Jackson / Seuil

Vers une écologie de l’esprit tome I / G. Bateson / Seuil

Vers une écologie de l’esprit tome II / G. Bateson / Seuil

La nature et la pensée / G. Bateson / Seuil

Communication et société / G. Bateson – J. Ruesch / Seuil

La nouvelle communication / Y. Winkin / Seuil

L’école de Palo Alto / E. Marc – D. Picard / Retz

A la recherche de l’école de Palo-Alto / J.J. Wittezaele – T. Garcia / Seuil

Share
In : Thérapies

About the author

JB

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)


*

FORMATIONS
A CAEN

Formation praticien Hypnose Ericksonienne et PNL
Devenez hypnothérapeute En savoir plus

Formation Thérapie brève des troubles anxieux
Comprendre et traiter En savoir plus

Formation thérapie brève des troubles du comportement alimentaire
Comprendre et traiter En savoir plus